Usine de Malause : les collectivités remettent la main sur la production d'eau

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Usine de Malause : les collectivités remettent la main sur la production d'eau

L'usine de malause gérée en régie depuis le 1er juillet

«Les collectivités locales ont décidé de remettre la main sur la production d’eau potable de l’usine de Malause !» Voilà une nouvelle dont le président du syndicat de production d’eau potable Valence-Moissac-Puymirol (VMP), Didier Louda, n’était pas peu fière de se faire l’écho en début de semaine.

Les trois élus de la commune de Valence-d’Agen et les trois représentants du syndicat de distribution d’eau Valence-Moissac-Puymirol (VMP), qui siègent au conseil d’administration du syndicat de production affublé du même vocable de VMP, se sont, en effet, mis d’accord pour récupérer en régie cette production d’eau potable dont la gestion était attribuée depuis 25 ans à un fermier, en l’occurrence la SAUR. Une petite révolution de palais au niveau de l’usine de Malause qui est devenue effective le 1er juillet dernier.

Une transition technique en douceur

«Elle s’est, toutefois, passée en douceur au niveau de la transition technique, assure Didier Louda. Pour ce faire, nous avons notamment embauché Christian Montorio comme chef de station. Il s’occupait précédemment de l’usine de Malause pour le compte de la SAUR». C’est désormais une équipe de quatre personnes qui se consacrent à la production d’eau potable à proximité de Valence-d’Agen. Outre Christian Montorio, Stéphane Delcasse occupe le poste d’électromécanicien et Josiane Savary gère la partie administrative, le tout sous la houlette du nouveau responsable du syndicat VMP, Laurent Pignol, qui chapeaute à la fois la production et la distribution pour sa part.

Un ancien fonctionnaire d’État - il a notamment travaillé pour deux DDT - qui n’est pas mécontent d’avoir rejoint le syndicat des eaux VMP : «Je voulais faire de l’exploitation. Ce qui n’était plus possible depuis 2010 et le retrait des missions de maîtrise d’œuvre eau-assainissement à l’État.» Autant dire que l’usine de production d’eau potable est entre de bonnes mains, comme s’en félicite également le maire de Golfech, Alexis Calafat, qui préside pour sa part le syndicat de distribution d’eau VMP.

La dépêche.fr - Baptiste Gay - Publié le 14/09/2013

Usine de Malause : les collectivités remettent la main sur la production d'eau

Commenter cet article