Une rumeur sur Snowden provoque une crise diplomatique entre Paris et La Paz

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Une rumeur sur Snowden provoque une crise diplomatique entre Paris et La Paz

L'avion du président bolivien Evo Morales a été contraint mardi 2 juillet à une escale imprévue à Vienne à son retour de Moscou. En cause : la décision de Paris et Lisbonne de fermer leur espace aérien à l'appareil officiel, selon les autorités boliviennes. La rumeur avait en effet couru qu'Edward Snowden, l'ex-consultant de la National Security Agency (NSA) à l'origine des révélations sur les pratiques de surveillance et d'écoutes du renseignement américain, se trouvait à son bord. La France et le Portugal se sont finalement ravisés, mais le mal était fait.

"Nous voulons exprimer notre mécontentement, car la vie du président a été mise en danger", s'est indigné le ministre des affaires étrangères bolivien, David Choquehuanca lors d'une conférence de presse, affirmant que "des explications seraient exigées à Lisbonne et Paris" et que "les lois du trafic aérien avaient été violées".

Quelques dizaines de personnes ont également manifesté dans la soirée devant l'ambassade de France à La Paz. Des communautés indigènes proches d'Evo Morales ont par ailleurs appelé à de prochains rassemblements devant les représentations des Etats-Unis, de la France, du Portugal et de l'Italie, taxées d'hostilité envers la Bolivie.

"UNE ÉNORME OFFENSE"

Les péripéties du président Morales ont indigné ses alliés dans la région. "C'est un attentat contre la vie du président", a ainsi déclaré le ministre des affaires étrangères vénézuélien Elias Jaua, dont le pays est l'un des principaux alliés de la Bolivie. En déplacement à Minsk, en Biélorussie, où il accompagne Nicolas Maduro en visite officielle, le ministre a également fustigé sur la chaîne publique vénézuélienne VTV "une agression grossière, brutale, impropre et non civilisée" de la part "de gouvernements d'Europe et des Etats-Unis".

"Il n'est pas possible qu'ils aient osé refuser à un président sud-américain le passage par leur espace aérien (parce qu'ils) suspectaient que dans l'avion (...) pouvait se trouver M. Snowden. Ça me semble une énorme offense, pour le moins", a ajouté le ministre des affaires étrangères de l'Equateur, Ricardo Patiño, pays où le jeune Américain a également envisagé de se réfugier.

Le Monde.fr avec AFP | 03.07.2013

Une rumeur sur Snowden provoque une crise diplomatique entre Paris et La Paz

Commenter cet article

cathy 04/07/2013 11:18

quel HONTE! pays de LACHES