Suppression de trains en Tarn et Garonne

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Suppression de trains en Tarn et Garonne

En Tarn & Garonne on veut nous imposer une ligne grande vitesse qui irait de Toulouse à Bordeaux en s'arrêtant (de temps à temps seulement) à Montauban et Agen. Un beau PPP (partenariat public privé) qui offrira aux bétonneurs de toutes sortes, un beau chantier (cout évalué avant travaux à un peu moins de 8 milliards, une bagatelle!) et une juteuse rente pendant des années.

Le contribuable paye et le privé empoche.

En même temps, la SNCF supprime des arrêts en gare pour les TER, les trains de tous les jours, ceux que prennent les citoyen(ne)s pour aller travailler (tôt) le matin et rentrer (tard) le soir chez eux. Ne nous étonnons pas si le choix de la voiture, soit un choix forcé.

Au-delà des opinions différentes sur l'utilité d'une LGV ou du débat sur les notions de "progrès", nous voyons tous que la LGV et le "tout TGV" se font au détriment des TER et des trains intercités. Sans oublier la déliquescence du Fret sur rail.

On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre... la LGV et des TER nombreux et réguliers.

La région Midi Pyrénées se désengage des TER (qui font partie de ses obligations) pour financer la LGV (qui n'est pas dans ses prérogatives). La région Midi Pyrénées paye pour la LGV Tours Bordeaux, alors même que la région Poitou Charente refuse toute contribution à ce chantier... on marche sur la tête... non?

S.T le 07 janv 2013.

Suppression de trains en Tarn et Garonne

L'article de la dépêche du midi:

Caussade. A 18h48, plus de train pour Toulouse

«L'actualité des TER (trains express régionaux) concerne de nouvelles suppressions de trains, particulièrement le TER 871617 de 18 h 48 à Caussade en direction de Toulouse, en plus de celles de la grille horaire de 2013 applicable depuis le 9 décembre 2012, à savoir la suppression des trains sur toute la ligne Toulouse-Paris à raison de 5 heures par jour et pendant 5 ans, occasionnée par les travaux principalement au nord de Brive et ponctuellement au nord de Cahors», indique le communiqué de l'association TEG82 (Tous ensemble pour les gares en Tarn-et-Garonne) qui liste les conséquences : «Pour les utilisateurs, c'est la désorganisation de la vie personnelle, familiale et professionnelle au point que l'emploi est menacé et que parfois la situation créée par ces changements d'horaires de trains, implique la cessation d'activité (démission, licenciement). Pour les territoires ruraux, c'est une entrave à la stabilité de l'emploi et au développement économique.»

Un débat samedi 12 janvier

L'association lance aussi un appel : «Mobilisons-nous ensemble : population, usagers des trains, élus, associations.» Et invite à un débat. Rendez-vous est donné, le samedi 12 janvier à 17 heures dans la salle des conférences aux Récollets de Caussade.

La présidente de l'association, Brigitte Ducloz précise : «L'urgence créée par la perte du TER 871671 s'impose. Il est plus réaliste de se consacrer aux problèmes sociaux qu'entraînent la désorganisation des transports ferroviaires et ses conséquences économiques pour les territoires ruraux».

L'aérotrain, un autre exemple

En conséquence, la soirée thématique sur «L'aérotrain un autre exemple de train à grande vitesse : la vitesse pour qui et pourquoi ?» où un jeune journaliste scientifique fera une intervention sur le sujet, a été remise au mercredi 30 janvier à 20 h 30, dans la salle de projection de la médiathèque de Nègrepelisse.

Contact : Association «Tous Ensemble pour les Gares de Tarn-et-Garonne

TEG82», annexe de l'hôtel de ville, 9, rue de la république à Caussade ; cotisation 8 € en individuel et 12 € pour un couple

courriels : teg82000@free.fr et usagers.ter@teg82.com

Internet : http ://teg82.com

La Dépêche du Midi

Suppression de trains en Tarn et Garonne
Suppression de trains en Tarn et Garonne