Santé : desertification hospitaliére dans notre région

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Santé : desertification hospitaliére dans notre région

Lu sur France3.fr. Aveyron : elle accouche sur la route de la maternité! La maman et l'enfant se portent bien. Lundi le bébé a vu le jour dans le véhicule des pompiers, sur la route. Les parents n'ont pas eu le temps de rejoindre l'hôpital de Saint-Affrique.

Dans la déjà longue liste des renoncements aux maigres promesses faites pendant la campagne électorale présidentielle par François Hollande, ceux concernant la santé et la protection sociale mérite d’être soulignés.

La loi HPST bat son plein et après les élections les annonces de regroupements, fermetures de service ont repris. L’encadrement strict des dépassements d’honoraires a été remplacé par une négociation avec les syndicats médicaux libéraux sur des dépassements raisonnables !! Enfin, les annonces sur la fin de la convergence tarifaire masquent mal que déjà le gouvernement Sarkozy l’avait repoussé à 2018 tant cela mettait en péril financier de nombreux hôpitaux publics et les ‘’tarifs T2A’’ qui avaient été fixés dans ce cadre n’ont pas été modifiés et continuent d’étrangler le service public.

Mais, c’est sur le terrain du financement de la protection sociale et notamment de la santé que s’annoncent les renoncements les plus importants : dès le début de l’été, Hollande annonçait la nécessité d’une réforme du mode de financement de la protection sociale pour qu’il ne pèse pas seulement sur le travail ce qui a été droit au cœur de madame Parisot. D’autant qu’au même moment se mettait en place la mission sur la compétitivité des entreprises, présidée par louis Gallois qui annonçait la nécessité d’un choc de compétitivité de 30 à 50 milliards d’euros par an d’exonérations supplémentaires de cotisations sociales et aujourd’hui se murmure le chiffre de 40 milliards à atteindre en 4 ans.

Toute cette politique s’inscrit en réalité dans les impératifs de gestion de la crise définis dans le TSCG, le pacte Europlus et le MES : les dépenses de santé et protection sociale y sont explicitement décrites comme des variables d’ajustement des politiques budgétaires des Etats. Préserver les profits et les marchés financiers, faire payer la crise par les populations: voilà leur programme

Refuser d’en faire les frais, mobiliser largement et dégager les perspectives d’une alternative politique alliant la lutte pour une sécu à 100% universelle et solidaire, et le droit à l’accès aux soins pour tous et partout seront les enjeux des combats à venir pour la Gauche Anticapitaliste et le Front de gauche.

Le 31 octobre 2012

Santé : desertification hospitaliére dans notre région

Publié dans sante, actualite locale

Commenter cet article