Pas que de mauvaises nouvelles (bis)... quoi que!

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Pas que de mauvaises nouvelles (bis)... quoi que!

Après le fantastique spectacle du vote pour la présidence de l'UMP (Fillon vs Copé), ce parti nous offre gratis une nouvelle représentation. Le vote pour la primaire parisienne vient de commencer et déjà les couteaux sont sortis. Ambiance pourrie à Droite 2

Faisons simple car le scenario reste complexe :

Nathalie Kosciusko-Morizet se voyait comme la mieux placée pour affronter la socialiste Anne Hidalgo. Elle a même fini par virer de la course l'ex-égérie bling-bling de Sarkozy, Rachida Dati.

Mais cette position avantageuse a été remise en question par d'autres requins. Notamment Pierre Yves Bournazel, un petit ambitieux version Droite populaire, proche de Patrick Buisson, des "anti-mariages pour tous"... bref un gars qui a du trainer du coté du F-haine, et qui doit avoir encore de la fiente sous les chaussures pour autant empester.

Bournazel appelle donc à voter contre l'ancienne ministre, coupable de s'être abstenue lors du vote de la loi Taubira. Avec le soutien affiché de Guillaume Peltier, autre charmant garçon proche du F-haine. Une belle génération, qu'on va devoir malheureusement se farcir pendant des années.

Fillon, Copé et Sarkozy soutiennent Kosciusko-Morizet, mais ils laissent la querelle se renforcer sans trop broncher. Chacun essayant d'avancer sournoisement ses pièces sur l'échiquier UMP.

Chaque jour apporte son rebondissement : contestations, mises en cause du système de vote, et jusqu'à une demande de suspension des opérations de vote. On attend le dénouement avec impatience.

L'aspect dramatique, reste l'image désolante d'un parti truquer et d'un sentiment tenace de "tous pourris" à Droite comme à Gauche... ferment de la montée du populisme et de l'extrême droite. Et là du coup on a moins envie de rire.

S.T le 1 juin 2013.

De bonnes têtes de vainqueurs!!!

De bonnes têtes de vainqueurs!!!

Pas que de mauvaises nouvelles (bis)... quoi que!

Commenter cet article