Montauban. Hôpital : des avancées jugées trop timides par les syndicats

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

  Montauban. Hôpital : des avancées jugées trop timides par les syndicats

Lu sur la dépêche.fr

Nouvelle poussée de fièvre des blouses blanches au centre hospitalier de Montauban. Après un premier malaise survenu le 4 octobre lors du comité d'établissement technique, entre cent cinquante et deux cents agents se sont à nouveau rassemblés hier après-midi dans la cour de l'administration pour tenter de trouver une solution dans le conflit les opposant à la direction. La liste des revendications est longue : changement d'horaires récurrents, charge de travail qui augmente, non remplacement des agents en maladie, horaires des cadres, délais de route pour la formation continue, heures supplémentaires… Une délégation syndicale a été reçue.

Au cours de la rencontre, Joachim Bixquert, le directeur a lâché du lest, en acceptant de fixer une limite à 39 heures par semaine pour le travail des cadres, de titulariser les secrétaires médicales contractuelles ou encore, dans le domaine de la prise en compte du temps de la formation continue. En revanche, rien de concret sur «les heures dues», les changements d'horaires récurrents, les remplacements… «Il y a un travail de fond qui continue pour évoquer les effectifs, les affectations, les roulements, les horaires. On n'est pas en désaccord sur tout, la question est de savoir comme on y va et dans quels délais» indique le directeur.

Du côté des syndicats, le compte n'y est pas. Une assemblée générale du personnel est d'ores et déjà prévue la semaine prochaine. Elle se tiendra mardi à 14 heures 30 à la salle commune des syndicats. «Il y a quelques points positifs, mais c'est largement insuffisant», estime Agnès Séguéla, déléguée FO.

«La mobilisation a fini par payer un peu, mais il faut continuer de mettre la pression. La dégradation des conditions de travail n'est pas prise en compte par la direction. Notamment les effectifs nécessaires pour travailler normalement. Si l'on rapproche tout cela du blocage de nos salaires pendant trois ans, on comprend le mécontentement général.», explique Yannick Petitou, délégué CGT.

La Dépêche du Midi

  Montauban. Hôpital : des avancées jugées trop timides par les syndicats

Publié dans sante, actualite locale

Commenter cet article