La parité expliquée aux plus petits

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

La parité expliquée aux tous petits : intention louable. Il parait qu’il faut commencer tôt !

Mais il faudrait aussi l'expliquer aux politiques et aux partis du département qui n'ont réussi à faire élire qu’une seule femme sur 30 conseillers généraux. Socialistes, radicaux et droites diverses même combat… les mecs d’abord le reste ensuite ou jamais.

Des hommes, blancs, minimum 50/60 ans, cumulards bien entendu. Voici l’image des élus de notre département. On est loin de l’image du peuple : pas de femmes, pas de noirs ou d’arabes, pas de jeunes !

Donc arrêtons de bourrer le mou des enfants, en espérant qu’ils fassent mieux que nous. Commençons par donner l’exemple et imposons une parité stricte dans tous les scrutins !

S.T - le 06 fév 2013.

 

La parité expliquée aux plus petits

L'article de la Dépêche

C'est demain que le 7e salon du livre jeunesse ouvrira ses portes à la halle Jean-Baylet. Comme de coutume, avant un week-end dédié au grand public, ce sont d'abord les enfants des écoles des Deux-Rives qui seront accueillis, jeudi et vendredi, pour des ateliers en lien avec les auteurs et illustrateurs invités. Parmi eux, sept classes de CM2 ont rendez-vous avec Carina Louart, journaliste et écrivain toulousaine dont la présence colle tout particulièrement au thème de cette 7e édition, «Filles et Garçons», puisqu'elle a fait paraître en 2008 aux éditions Actes Sud junior un livre intitulé «Filles et garçons, la parité à petits pas». Avant sa venue à Valence-d'Agen, Carina Louart nous a accordé un entretien.

La parité, c'est votre sujet de prédilection ?

Je suis davantage spécialisé sur les questions de développement durable, mais on va dire que les rapports entre hommes et femmes de tous âges ne me sont pas étrangers. Avant ce livre pour enfants, j'avais d'ailleurs écrit un précédent ouvrage intitulé «La franc-maçonnerie au féminin». Et puis j'ai moi-même une fille et un garçon, donc le sujet me concerne un peu…

Vous les élevez dans un plein respect de la parité ?

Eh bien justement, je me suis rendu compte qu'en tant que parent, j'avais moi aussi tendance à reproduire des stéréotypes qui sont, en fait, ancrés dans notre conscience d'adulte sans qu'on le veuille vraiment.

Quels stéréotypes par exemple ?

Les jouets sont très sexués par exemple : les voitures pour les garçons, les poupées pour les filles. Je ne parle pas des couleurs : le rose et le bleu. Et encore moins des sports, même si aujourd'hui certains d'entre eux s'ouvrent davantage aux filles. Je crois d'ailleurs que c'est plus facile pour elles de faire du football que faire de la danse pour un garçon.

Vous voulez dire qu'aujourd'hui le combat de la parité s'est inversé, au détriment des garçons ?

Vous rigolez j'espère. Ce n'était qu'un exemple… La parité pour les filles progresse, mais plutôt à vitesse réduite. Regardez en politique, on est encore loin d'avoir autant de femmes que d'hommes à l'Assemblée ou au Sénat. Une étude montrait encore récemment que, une fois encore de façon inconsciente, les enseignants ont tendance à s'adresser plus facilement aux garçons qu'aux filles en classe. Mais tout cela évolue quand même soyons honnêtes. C'est aussi pour rappeler les grandes étapes historiques de la parité aux petites filles d'aujourd'hui que j'avais écrit ce livre.

Vous avez des dates marquantes en tête ?

Le droit de vote des femmes en France remonte à 1945. Et que dire de l'autorisation d'avoir un compte en banque, ce n'est que depuis 1965 que les femmes peuvent en ouvrir sans l'autorisation de leurs maris.

C'est facile de faire prendre conscience de tout cela aux plus jeunes ?

J'ai quelques astuces. Avec des petits jeux notamment, comme sur les métiers. Je donne des exemples de professions et je demande si ce sont des métiers d'hommes ou de femmes. Cela fonctionne vite et permet d'ouvrir la discussion.

Propos recueillis par Baptiste Gay. la dépêche.fr