Fukushima : les pompiers pyromanes

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Fukushima : les pompiers pyromanes

Fukushima : niveau élevé de strontium 90 dans les eaux souterraines

Ravagée par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011, l'usine de Fukushima découvre petit à petit l'ampleur des dégâts. Après plusieurs alertes en quelques mois, la société Tepco, gérante du site, annonce la découverte de taux élevés de strontium 90, substance radioactive extrêmement toxique, dans l'eau souterraine accumulée au pied d'un réacteur.

Ce n'est pas la première alerte. La société Tepco, gérante du site de Fukushima, manque d'espace de stockage des eaux usées. Mais ce mercredi, la société japonaise annonce que le taux de strontium 90 détecté dans les eaux souterraines de la centrale est de plus en plus élevé.

Un taux 30 fois supérieur à la limite

Les nombreux tests effectués sous le réacteur dévasté par le tsunami de 2011, montrent que le taux de strontium 90 a été multiplié par 100 au cours des six derniers mois. Le taux maximum toléré étant de 30 becquerels par litre d'eau et le taux détecté en mai dernier étant de 1000 becquerels par litre, la dose de strontium 90 présente dans ces eaux est 30 fois supérieure à la limite tolérée.

Ce mercredi, Toshihiko Fukuda, directeur général de Tepco, annonce également que les taux de tritium, substance moins toxique mais dangereuse, augmentent également.

Des rejets tout près de la mer

Ces eaux se trouvent dans les souterrains du réacteur n°2, principal touché par la catastrophe de 2011, au bord de l'océan Pacifique. Les gérants de Tepco avaient récemment demandé l'autorisation d'y rejeter l'eau faiblement contaminée, faute de place pour la stocker. Cette découverte de taux élevés de strontium 90 remet évidemment cette possibilité en question.

"L'eau contaminée ne doit pas être déversée dans l'océan" (Michiaki Furukawa)

Pour Michiaki Furukawa, ingénieur nucléaire et professeur émérite à l'Université de Nagoya, l'impact de tels rejets n'est pas négligeable. "Ils doivent la stocker à un endroit où elle ne peut pas s'écouler hors de la centrale", réagit-t-il.

Discours rassurant malgré tout

Ce mercredi, le directeur de Tepco annonce également que les eaux souterraines contaminées au strontium 90 n'ont pas pu se déverser accidentellement dans la mer.

Depuis la catastrophe de 2011, Tepco ne cesse de revoir à la hausse ses chiffres sur les taux de radiation, initialement rassurants.

Franceinfo.fr - Par Laura Damase

Fukushima : les pompiers pyromanes

Juin 2013 - François Hollande affiche son mépris du peuple japonais

En visite au Japon, François Hollande vient d’annoncer sans aucune honte le renforcement du partenariat franco-japonais dans le nucléaire. Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce l’irresponsabilité de la France à accompagner la relance du nucléaire dans un pays meurtri par un quadruple accident et s’associe aux protestations des militants japonais qui dénoncent la poursuite de cette industrie mortifère.

Areva, pompier pyromane

Le groupe nucléaire français Areva a conclu vendredi 7 juin deux accords au Japon à l’occasion de la visite du président François Hollande.

Le premier, signé avec la Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) est une déclaration de coopération qui vise à préparer le démarrage de l’activité commerciale de l’usine de retraitement de combustibles nucléaires usés de Rokkasho-Mura, dans le Nord du Japon. La construction de cette usine a démarré en 1993 et, après de très nombreux reports et de nombreux problèmes techniques, celle-ci est censée ouvrir en octobre 2013.

Cet accord acte également le fait qu’Areva apportera à JNFL son expertise pour la poursuite de la construction "de l’usine japonaise de fabrication de combustible MOX, dont la technologie s’inspire de l’usine Areva de Melox en France », alors même que quasiment aucun réacteur ne fonctionne aujourd’hui au Japon et que le pays subit encore chaque jour les terribles conséquences de la catastrophe de Fukushima.

Le deuxième accord signé à l’occasion de la visite présidentielle au Japon concerne les activités de démantèlement et d’assainissement des sites radioactifs. Il a été conclu avec le groupe Atox, spécialisé dans la maintenance et les services à la filière nucléaire japonaise. Après avoir contaminé le Japon avec son Mox qui a fondu dans le réacteur 3, puis avoir décroché le marché de la "dépollution des eaux radioactives" de Fukushima, Areva se fait pompier-pyromane en décrochant un contrat sur le démantèlement et l’assainissement des sites accidentés et contaminés.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" soutient le peuple japonais

Le Réseau "Sortir du nucléaire" se joint aux protestations des citoyens japonais contre ce nouveau partenariat franco-japonais dans le domaine du nucléaire.

Solidaire du peuple japonais meurtri par la catastrophe de Fukushima, nous avons honte que notre pays soit celui qui a vendu au Japon le combustible MOX qui a fondu dans le réacteur n°3. Et nous avons doublement honte qu’Areva ait récidivé par un nouvel envoi de combustible MOX, qui doit arriver au Japon fin juin.

Nous estimons inacceptable que le gouvernement français apporte son soutien aux projets de relance du nucléaire du gouvernement japonais, au mépris du peuple japonais qui veut dire adieu à cette technologie de mort. France et Japon prétendent échanger des compétences sur la "sûreté" nucléaire. Il ne s’agit que de partenariats commerciaux, basés sur la recherche du profit et sans aucune considération pour la protection des populations. Comme l’a rappelé Naoto Kan, prédécesseur de M. Abe, la seule sécurité dans le nucléaire est de ne pas avoir de centrales du tout.

Nous estimons tout aussi inacceptable que la France et le Japon s’allient pour exporter le risque nucléaire à l’étranger, comme ils viennent de le faire en décrochant un contrat pour la construction de réacteurs en Turquie. En France comme au Japon, la seule solution pour protéger les populations est d’en finir avec le nucléaire !

Communiqué du Réseau "Sortir du Nucléaire".

Fukushima : les pompiers pyromanes
Fukushima : les pompiers pyromanes

Commenter cet article

GONTIÉ Catherine 19/06/2013 22:19

oh c'est trop horrible , et honteux de la part de François Hollande . J'ai suivi une conférence au Muséum sur Fukushima .. L'ampleur de cette catastrophe est une affaire internationale car cette centrale qui existait depuis 1960 était la plus ancienne. Or en 2010 sa puissance a été augmentée, Toshiba et d'autres ont modifié le système de sécurité contre le tsunami . Pour ce scientifique, les conséquences sont très importantes. tout le Nord du Japon est contaminé , et il y aura plus de 500 000 morts. Les autorité ont prévenu qu'elles ne pourraient assurer les soins de la population .Ils vont donc mourir malades et seuls. La contamination va s'étendre et il disait qu'avant 300 années , il ne sera pas possible d'y vivre sans danger. Tellement plus grave que Hiroshima et Nagazaki. En plus les régions proches ne sont pas forcément solidaires ; la peur sans doute ou l'instinct de survie . Le Japon a besoin d'aide et ne peut pas avoir le développement économique habituel . Ce sera bientôt partout ainsi si d'autres accidents nucléaires se produisent . Quelques régions seulement seront épargnées