Front de Gauche, et maintenant ?

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Front de Gauche, et maintenant ?

Le gouvernement PS-EELV assume désormais une politique qu’on ne peut même plus qualifier de social-libérale, tant son caractère social est inexistant. De renoncement en renoncement, il s’inscrit dans la plupart des domaines dans la stricte continuité du gouvernement précédent, répondant en toutes choses aux désirs du MEDEF.

Profitant d’une crise politique précipitée par l’affaire Cahuzac et ses suites, la droite s’est trouvé un terrain d’affrontement sur la question du mariage pour toutes et tous. En alliance avec l’extrême droite, elle occupe la rue et réveille les pires démons de la réaction.

Il n’y a pas de tâche plus urgente que de faire émerger et de rendre crédible une alternative politique à gauche, de construire un front social et politique large contre l’austérité. Dans un tel contexte, le Front de gauche constitue un acquis décisif. Il s’agit du seul point d’appui réel dont nous disposions aujourd’hui pour avancer vers cette perspective.

Il faut mesurer ce que cela représente, alors que la crise européenne et le choc des politiques d’austérité produisent ailleurs des évolutions politiques de même intensité, en l’absence de construction politique équivalente à la nôtre.

En demeurant dans le cadre de l’hexagone, imaginons un instant ce que serait la situation si le Front de gauche n’existait pas, ou s’il s’était compromis dans un gouvernement commun avec le PS. C’est la possibilité même de formuler une politique alternative qui s’en trouverait compromise.

Le Front de gauche a dès lors des responsabilités considérables. Il doit parler plus haut, être plus offensif, prendre des initiatives à la mesure des accélérations politiques actuelles, contribuer ainsi, en travaillant à reconstruire une perspective politique, au développement et à la convergence des mobilisations sociales aujourd’hui éparses.

La marche du 5 mai est à cet égard une excellente nouvelle, de même que les propositions concernant les suites à lui donner : le Front de gauche doit mener une bataille résolue pour une vie République dont le contenu soit tout à la fois démocratique, social et écologique, en articulant ensemble ces trois dimensions.

Il s’agit de déployer le Front de gauche, d’en faire un mouvement politique en mesure de répondre à la crise en cours, un front large, inclusif, appuyé sur des assemblées citoyennes, construisant des passerelles solides avec le mouvement social.

Ingrid Hayes, Gauche anticapitaliste - Publié sur le site de Regards.fr

Front de Gauche, et maintenant ?

Commenter cet article