Des familles contraintes de vivre dans la rue

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Des familles contraintes de vivre dans la rue

Une journée de mobilisation a permis à deux familles de ne plus vivre dans la rue.

A l'appel du RESF 82, un grand nombre de personnes a occupé pacifiquement la DDCSPP ce lundi 8 avril de 10h à 17h30.


Hier, deux familles, l'une tchétchène, l'autre albanaise, 12 personnes dont 8 enfants (le plus jeune 6 mois) arrivées en France ces derniers jours n'avaient toujours aucun accès à un hébergement.

Elles étaient contraintes à vivre dans la rue!

Le 115 n'étant pas en capacité de répondre à la demande d'hébergement, le Réseau Éducation Sans Frontières est intervenu au siège de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) ce matin.

Nous avons obtenu une rencontre avec le Directeur et, en même temps, nous avons occupé pacifiquement les lieux accompagnés des deux familles.

Nous avons signifié à nos interlocuteurs que la situation faite à ces deux familles était inacceptable, et hors la loi, en violation de l’article L 345-2-2 du code de l’action sociale et des familles qui s’applique à cette situation: « Toute personne en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment à un dispositif d’hébergement d’urgence ».

Nous avons prévenu que nous ne quitterions les lieux qu'une fois des hébergements trouvés permettant à ces deux familles d'être à l'abri et sécurisées au moins jusqu'au dépôt de leurs dossiers de demande d'asile à la Préfecture de région.

Nous avons été reçu de nouveau, en fin de journée, par le Directeur de la DDCSPP, pour nous présenter des solutions d'hébergement correspondant à nos attentes.

Nous en avons pris acte et décidé de "lever le camp".

Si nous reconnaissons l'efficacité du travail effectué dans l'urgence par les services de la DDCSPP, nous avons à nous féliciter pour notre capacité de réaction, sans quoi ces familles seraient encore dans la rue ce soir!

Ceci doit nous conforter dans notre travail quotidien de défense du droit d'asile et de soutien à ces personnes en extrême précarité!

Ceci est une étape, nous devons rester vigilants, et maintenir notre potentiel d'intervention

Merci à tous et toutes

Communiqué de RESF82

Des familles contraintes de vivre dans la rue

Commenter cet article