Catastrophes écologiques, à part ça tout va bien

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Catastrophes écologiques, à part ça tout va bien

Fukushima : hausse spectaculaire de la radioactivité dans un puits

Une nouvelle fois, la centrale de Fukushima subit un incident. Plus de deux ans après l'accident nucléaire majeur, l'entreprise qui gère la centrale accidentée ne parvient pas à stopper véritablement les défaillances qui n'ont pas cesser de se multiplier. Cette fois, il s'agit d'un niveau élevé de césium radioactif dans un puits.

Nouvel incident à Fukushima. Comme l'a annoncé le gérant de la centrale accidentée, cette nuit des agents ont relevé une multiplication par 90 en trois jours du niveau de césium radioactif dans un puits de prélèvement situé entre les réacteurs et la mer.

Et cette nouvelle défaillance pose comme les autres fois la question de la propagation de l'eau souterraine contaminée.

Une zone contaminée à 25 mètres de la mer

Des prélèvements faits le 8 juillet, en un point situé à environ 25 mètres de la mer contenait 9.000 becquerels de césium 134 par litre et 18.000 becquerels de césium 137, contre respectivement 99 becquerels/l et 210 becquerels/l trois jours auparavant.

"Nous ne sommes pas pour le moment en mesure de dire si l'eau contaminée s'écoule ou non dans la mer", a expliqué Tepco à la presse.

L'entreprise Tepco assure qu'elle va renforcer les contrôles et prendre des dispositions pour empêcher de contaminer davantage l'océan Pacifique voisin.

Un autre incident le 5 juillet

Le 5 juillet dernier, Tepco avait déjà découvert au même endroit un niveau très élevé d'autres éléments radioactifs. Ce point de prélèvement se situe là où passe un tuyau où s'étaient déversées de grandes quantités d'eau contaminée en avril 2011, juste un mois après la catastrophe. Mais cette explication ne suffit pas à expliquer l'augmentation soudaine des quantités de césium.

La centrale Fukushima Daiichi a été secouée par un séisme et dévastée par un tsunami le 11 mars 2011 dans le nord-est de l'archipel.

Dans trois des six réacteurs du combustible a fondu, suite à ces catastrophes ce qui explique la présence de nombreux éléments radioactifs sur le site. Depuis Tepco ne parvient pas à contrôler totalement la situation.

.Franceinfo.fr - Par Ouafia Kheniche - Le 09 juillet 2013

Catastrophes écologiques, à part ça tout va bien

Explosion d'un train au Québec : le risque d'une catastrophe écologique

Alors que le bilan de la catastrophe du Lac-Mégantic au Canada s'est encore alourdi ce lundi, il y a maintenant le risque d'une catastrophe écologique : le pétrole échappé des wagons pourrait se répandre dans le fleuve Saint-Laurent.

Aussitôt après l'explosion, le brut qui n'a pas brulé a commencé à se répandre dans le lac Mégantic d'où il a coulé dans la rivière Chaudière.

Ce lundi soir, il a été repéré au niveau de la ville de Saint-Georges, soit à moins de 100 km de l'embouchure se situant sur la rive sud de la ville de Québec, capitale de la province francophone. On estime à 100.000 litres la quantité de pétrole qui pourrait donc bientôt atteindre le Saint-Laurent.

Selon Eric Cardina, un porte-parole du ministère québécois de l'Environnement, c'est "une question d'heures" avant que le pétrole ne se jette dans ce fleuve reliant les Grands lacs à l'océan Atlantique. Et il assure que "toutes les ressources sont déployées pour limiter au maximum la quantité qui pourrait se rendre" dans cet axe maritime qui traverse le Québec d'Est en Ouest.

Franceinfo.fr - Par Sylvie Johnsson - Mardi 9 Juillet 2013

Catastrophes écologiques, à part ça tout va bien
Catastrophes écologiques, à part ça tout va bien

Commenter cet article