Bugger plus pour pointer moins

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Bugger plus pour pointer moins

Il aura fallu une panne informatique pour faire baisser les chiffres du chômage. Rien que ça !

Voilà un parfait résumé de l'action du gouvernement Hollande/Ayrault : un gros bug dans la gauche institutionnelle !

Donc plus de chômeurs que prévus, malgré les subventions aux entreprises et les allégements de cotisations sociales. On s'en doutait un peu, et sans être économiste, on sait que les cadeaux au patronat ne profite qu'aux patrons et aux actionnaires.

Pendant ce temps, ce sont les ménages qui supportent tous les efforts fiscaux, et qui subissent les politiques austéritaires.

Bien entendu, on ne parle jamais des radiations à l'emporte pièce, ou des chômeurs ne s'actualisant plus car totalement découragés de trouver un emploi via Pôle Emploi.

Pôle Emploi est devenu une coquille vide au service d'une politique du chiffre et de l'enfumage de masse. Son personnel est écrasé sous le poids du nombre de dossiers à traiter et n'est plus aujourd’hui en capacité d'assurer sa mission de service public. Une dégradation des conditions de travail, une politique du chiffre inhumaine, et on s’étonne du mal être des personnels de Pôle Emploi et des suicides sur le lieu de travail !

Pour nous enfumer, on nous bassine plutôt avec le travail dominical : près de 5 millions de personnes sont au chômage, 9 millions sont des travailleurs (au sens large) pauvres. Et on réglerait cela en faisant travailler les gens le dimanche !

De qui se moque t-on ?

Bugger plus pour pointer moins

3 mesures enrayeraient ce chômage de masse :

  • réduction du temps de travail, 32 heures hebdomadaires effectives.
  • interdictions des contrats précaires, des mi-temps "forcés" et limitation de l’intérim.
  • abaissement de l'age légal de départ en retraite à 55 ans. Diminution des annuités nécessaires pour une retraite à taux plein.

Sans parler d'embauches massive dans la fonction publique, et d'une vraie politique industrielle et agricole, répondant aux besoins sociaux du plus grand nombre. Enfin une fiscalité qui n’écrase pas les couches populaires et moyennes, mais au contraire taxe le capital, les hauts revenus, et les rentiers.

Voilà ce que seraient des mesures (transitoires) de gauche. Nous en sommes malheureusement très loin !

Le gouvernement a au contraire annoncé le lancement d'une mission. qui devra se pencher sur la loi Maillé du 10 août 2009 ouvrant des dérogations au principe du repos dominical. Et ils se revendiquent de gauche... incroyable !

Les "socialistes" et leurs cohortes d'alliés inféodés, finiront par faire comme leurs confrères anglais : obliger les chômeurs à effectué des travaux d’intérêts généraux pour espérer toucher des indemnités chômage. Le gouvernement conservateur va ainsi forcer les chômeurs de longue durée à travailler gratuitement 30h par semaines... comme si de cotiser ne suffisait pas pour garantir des droits. Droit d'acheter à manger, de se loger... de vivre tout simplement.

C'est une nouvelle attaque frontale contre les classes populaires, un mépris de classe pour les pauvres, les précaires accusés d'être des profiteurs au mieux des fainéant !

C'est le retour au servage disparu au moyen age.

S.T le 1 octobre 2013.

Bugger plus pour pointer moins
Bugger plus pour pointer moins

Pôle emploi admet une erreur dans les chiffres du chômage en août

Pôle emploi a reconnu ce lundi un problème dans les chiffres du chômage du mois d'août. Un mois marqué par une baisse importante du nombre de demandeurs d'emploi (-1,5%). De nombreux chômeurs ont été radiés pour défaut d'actualisation en raison d'un problème d'acheminement de messages de relances. Sans ces problèmes, explique Pôle Emploi, la baisse aurait été comprise entre 0,7% et 0,9%.

La baisse avait étonné. Et le gouvernement s'était bien gardé de se réjouir de cette diminution de 1.5% du nombre de demandeurs d'emplois en août. Dans un communiqué, Pôle emploi a reconnu un dysfonctionnement. Il est dû à une défaillance dans l'acheminement d'une partie des messages de relance (SMS et messages vocaux) aux demandeurs d'emploi, une tâche que Pôle Emploi sous-traite à l'opérateur SFR.

Ainsi, ce bug a entrainé une baisse du nombre de demandeurs d'emploi sans activité en août de 50.000 personnes. Elle aurait dû être comprise entre 22.0000 et 29.000 personnes. Sans ces problèmes, la baisse du chômage aurait été d'environ 0,7%. Ce dysfonctionnement n'a en revanche pas eu de conséquences sur l'indemnisation des chômeurs.

"Transparence totale sur les chiffres" (Michel Sapin)

En début de journée, Michel Sapin le ministre du Travail avait expliqué avoir demandé des explications à Pôle emploi. Par ailleurs, Michel Sapin a assuré vouloir une transparence totale sur la mesure du chômage.

"Je ne veux pas changer la moindre règle, pas besoin de cela pour inverser la courbe", a-t-il ajouté en martelant que "la tendance est déjà inscrite dans les chiffres", celle d'une décélération menant vers l'inversion".

SFR reconnait son erreur

Les explications demandées par le ministre du Travail viendront sans doute de la part de SFR. En effet, l'opérateur a reconnu que l'incident venait de sa part, et assuré qu'il avait été réglé.

"SFR, prestataire de service de Pôle emploi, a constaté un incident dans la réception par certains demandeurs d'emploi des SMS de relance qui leur sont adressés par Pôle emploi à partir d'une de ses plates-formes d'envoi", a expliqué SFR dans un communiqué.

Franceinfo.fr - Par Baptiste Schweitzer - le 30 septembre 2013

Bugger plus pour pointer moins
Bugger plus pour pointer moins

Commenter cet article