Budget 2014 : l'austérité pour les dépenses et l'emploi publics.

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Budget 2014 : l'austérité pour les dépenses et l'emploi publics.

15 milliards d'euros seront donc économisés : 6 à la charge de la sécurité sociale et 9 milliards sur le budget général.

S'agissant de la sécurité sociale, les économies, à hauteur de 2,9 milliards pour l'assurance-maladie, auront des répercussions sur la prise en charge des soins pour les malades.

Quant aux 9 milliards d'euros sur le budget global, il impactera le fonctionnement des ministère, les sommes allouées aux différentes collectivités locales ainsi que l'investissement et l'intervention.

L'austérité continue de s'appliquer au détriment des moyens nécessaires aux missions que remplissent les agents des services publics.

2014 verra un nombre de fonctionnaires en diminution puisque si 11 979 emplois publics seront créés dans l'éducation nationale, la police, la justice, 13 123 postes seront supprimés, soit un déficit de 2144 postes.

Le point d'indice des fonctionnaires restera gelé. Seul, les agents de catégories C dont les salaires sont particulièrement bas devrait bénéficier d'une hausse de leurs salaires.

Avec 3 milliards de prélèvements supplémentaires, la pause fiscale ne sera pas au rendez-vous pour les ménages, malgré le retour de l'indexation des tranches sur les prix et la mise en place d'une décote pour les petits revenus.

Par l'augmentation de deux taux de TVA sur trois à 20% et 10%, c'est la population qui financera à hauteur de 6 à 7 milliards d'euros le crédit impôt compétitivité emploi promis par F. Hollande au Medef.

La suppression de quelques « niches fiscales » comme celle concernant l'allocation versée aux parents qui ont des enfants dans le secondaire ou le supérieur viendra alourdir le montant de l'impôt dû.

Le gouvernement annonce que la dette publique atteindra 95% et les intérêts de la dette, d'un montant de 46,7 milliards d'euros, continuent à plomber le budget global, permettant aux marchés financier et aux créanciers institutionnels de s'engraisser sur le dos de la population.

Raison de plus pour exiger un audit citoyen sur la réalité de la dette ainsi qu'un moratoire sur le paiement des intérêts de cette dette.

Pour la Gauche anticapitaliste, membre du Front de gauche, ce budget est inacceptable et doit être rejeté.

La Gauche anticapitaliste salue la décision de Noël Mamère de voter contre ce budget et de démissionner d'EELV. Il a toute sa place dans le combat unitaire contre la réforme des retraites que le gouvernement va défendre au parlement dans les prochains jours.

Communiqué de la Gauche anticapitaliste - Le 25 septembre 2013

Budget 2014 : l'austérité pour les dépenses et l'emploi publics.

Commenter cet article