Montauban : 6eme jour de grève à Nutribio

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Montauban : 6eme jour de grève à Nutribio

Le mouvement de grève des 45 salariés de Nutribio, lancé il y a 6 jours par la CGT s'est poursuivi hier, devant les grilles de l'entreprise et s'est même étoffé. En effet, en fin de matinée, les grévistes irréductibles ont été rejoints par des élus, notamment Marie Claude Bouyssi et Rodolphe Portolés, la Confédération Paysanne, le Modef (syndicat agricole des exploitants familiaux), venus soutenir leur action.

«On est venu apporter notre soutien à des salariés qui veulent vivre de leur travail. Les exploitants agricoles et les paysans luttent contre les dérives de l'industrie alimentaire, qu'elle soit coopérative ou non. La notion de coopérative s'est dévoyée au fil du temps pour devenir une coopération capitaliste. Nous, on est des petits paysans qui essaient de se structurer pour vendre localement et vivre du produit de leur travail. Nous défendons le commerce de proximité avec le maintien de l'emploi local, c'est la raison pour laquelle nous sommes là ce matin. On est en quête de sens pour notre survie et pour défendre une agriculture intelligente» commentent d'une même voix, Alain Moles et Christian Bonneville, tous deux porte-parole de la Confédération paysanne.

Revenir à des principes

Des propos repris par Paul Ardouin, qui représentait hier à la fois le Modef et l'ADRA 82 (association des retraités agricoles) et qui se bat depuis plusieurs décennies pour défendre les droits des agriculteurs. «Ce conflit est scandaleux, compte tenu des bénéfices réalisés par les boîtes agroalimentaires. Refuser quelques dizaines d'euros aux salariés, ça dénote le désir que les détenteurs de la puissance économique, sont sans aucun esprit d'humanité, pour ceux qui apportent la richesse par leur travail. Nous ne sommes hélas plus sur la même route. Au Modef, nous allons entreprendre une campagne d'information et de rencontres avec les syndicalistes et des coopérateurs pour revenir à des principes anciens qui avaient fait le bonheur des petits exploitants» lance avec force ce vieux briscard du syndicalisme.

Défendre les salaires

Un soutien bienvenu, qui a mis du baume au cœur du petit groupe de salariés de l'entreprise, lâchés lundi soir par les grévistes picards CFTC et FO qui ont signé pour l'augmentation de salaire à 23 € (notre éditon d'hier) «On est aujourd'hui dans la même configuration qu'au moment de la grève en 2011, où les ouvriers montalbanais avaient été les seuls à poursuivre la grève et avaient obtenu une augmentation de 80 €, pour tous les salariés de Nutribio Montauban. Nous poursuivons notre combat» indiquait hier Fabien Lemaire délégué syndical CGT, satisfait de l'encouragement apporté par les agriculteurs et prêt à entamer les discussions à Paris avec le directeur général de l'entreprise, pour obtenir gain de cause.

Hier, contre toute attente, alors que les 45 grévistes du site montalbanais Nutribio se sont retrouvés seuls à poursuivre leur mouvement de grève, la direction s'est manifestée dès le matin à 9 heures et a accepté de reprendre les négociations avec le syndicat CGT.

En milieu d'après-midi, les représentants syndicaux CGT, Fabien Lemaire, Aurore Palaprat se sont donc rendus à Paris pour rencontrer le directeur général de Nutribio, Guillaume Billard à 18 heures, afin d'essayer de désamorcer le conflit et renouer le dialogue social.

«J'espère que ce ne sera pas un poisson d'avril» ironisait Fabien Lemaire, avant son départ pour la capitale.

Contactée par téléphone, la direction de Nutribio n'a laissé filtrer aucunes informations précises sur la suite qu'elle comptait donner aux revendications salariales des ouvriers montalbanais de Nutribio, qui campaient hier soir sur leurs positions. Si aucun accord n'est signé au cours de cette entrevue avec la direction, le mouvement pourrait bien s'enliser.

LaDépêche.fr - le 02 avril 2014 - Gisèle Dos Santos

Photo : Manu Massip.

Montauban : 6eme jour de grève à Nutribio
Les salariés de Nutribio ont reconduit mardi soir leur grève. Une délégation a été reçue au siège national de l'entreprise à Paris.Les négociations n'ont permis aucune avancée pour les salariés.
Continuons à les soutenir en allant les rencontrer sur leur piquet de grève.
Montauban : 6eme jour de grève à Nutribio

Commenter cet article