Rassemblement contre les grands projets inutiles et imposés

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Rassemblement contre les grands projets inutiles et imposés

Nous étions plus d'une centaine de militant(e)s ou "simples" citoyen(ne)s rassemblé(e)s ce samedi devant la préfecture de Montauban. Venue de tout le département et même du Lot pour marquer notre soutien aux opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes et interpeller citoyen(nes)s et pouvoirs publics de notre franche opposition à la Ligne Grande Vitesse Bordeaux-Toulouse.

ATTAC, Ensemble! et Parti de gauche membres du Front de gauche, EELV, MOC et NPA ont signé cet appel unitaire. Remarquons la présence de camarades du PCF qui ne restent pas insensibles à ces problématiques. Unité dans les luttes !

100 opposants cela semble peu, mais n'oublions pas tous ceux qui sont montés en bus à Nantes, tous ceux qui n'ont pas pu nous rejoindre. Et sachez que l'accueil qui nous a été réservé par les Montalbanais a été plus que chaleureux dans cette belle matinée ensoleillée. Car même les éléments étaient avec nous.

LGV et aéroport de NDDL, deux projets différents mais des points en commun entre eux... ils sont à la fois inutiles et imposés.

Grands Projets Inutiles :

Pour la LGV une rénovation des lignes existantes permettraient des temps de voyages à peine supérieurs de 6 minutes entre Toulouse et Bordeaux pour une économie de 6 milliards. 1 milliard la minute ça fait cher la seconde gagnée. De plus ce calcul ne prend pas en compte le fait, qu'avec la rénovation de l'existant vous pouvez prendre votre train directement en centre-ville (Montauban ou Agen) au lieu de devoir prendre votre voiture pour rejoindre une gare betterave excentrée (pour Montauban le projet la situe à Bressol). Et oui, l'avantage du train est qu'il vous amène directement au centre ville de votre destination.

Pour NDDL, le projet est aussi farfelu. Encore une fois nous subissons une gabegie inconsidérée : des milliards dépensés pour construire un nouvel aéroport en plein bocage (merci la prise en compte environnementale) alors que celui de Nantes n'est même pas saturé et ne risque pas de l'être vu la situation du transport aérien. Quand on sait que l'aéroport de Nantes a des caractéristiques identiques (nombre et longueur de piste, capacité théorique d'accueil) que celui de Genève (en Suisse pour les nuls en géographie), on se demande qu'elle est l'utilité de ce projet.

Grands Projets Imposés, car à chaque fois l'avis des habitants et des citoyens est ignoré ou bafoué s'ils osent contester la moindre chose. Ces projet ne sont issus que de la volonté mégalomane d'élus politiques qui tels les pharaons de l'ancienne Égypte veulent marquer leur règne par un ouvrage imposant. Symbolique phallique de leur fatuité.

Aujourd'hui anti-aéroport et anti-ligne grande vitesse ont convergé. Demain les opposants à l'exploitation des gaz de schistes, les anti OGM, les anti-nucléaires, etc viendront grossir les rangs de ceux qui veulent une autre société plus respectueuse de la nature et des hommes.

Ensemble! à cette responsabilité historique. Ensemble doit faciliter le débat politique, proposer des initiatives unitaires et favoriser la convergence citoyenne. Avec comme objectif la rupture avec un système capitaliste productiviste mortifère.

Ensemble construisons une alternative crédible et majoritaire à gauche. Un autre monde est possible !

S.T le 22 mars 2014.

Photos : JFC

Rassemblement contre les grands projets inutiles et imposés
Rassemblement contre les grands projets inutiles et imposés

Commenter cet article

michel82 23/02/2014 16:45

Je partage cet article et plus particulièrement l’analyse faites sur la similitude des « 2 grands projets inutiles et imposés». Imposés entre autre par le comportement de nos grands élus→cf les 3commandements d’un élu-candidat en Tarn et Garonne :
1) Avant une campagne électorale l’élu ne peut pas vous répondre car il ne peut pas tout connaitre, en particulier le dossier que vous lui présentez
2) Pendant une campagne l’élu doit se fâcher qu’on lui pose la mauvaise question, on instrumentalise.
3) Après l’élection l’élu protège la circulation des idées pendant 5 ou 6 ans «circulez y’a rien à voir»

Oui mutualisons nos actions !