Golf de Montauban : les dessous d'un nouveau répit

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

Golf de Montauban : les dessous d'un nouveau répit

La collectivité a versé près de 60 000 € au patron du golf pour repousser le dossier épineux du redressement judiciaire à l’après-élection. Le coup a marché. Le tribunal de commerce de Toulouse a prolongé la période d’observation jusqu’au 8 avril.

C’est le sujet que Brigitte Barèges fuit comme la peste. Convaincue que la tempête financière autour du golf de l’Estang peut lui plomber sa campagne, la maire sortante évite, soigneusement, d’en parler lors de ses réunions publiques. Même depuis le 30 janvier dernier, où elle a dû pousser, en secret, un ouf de soulagement.

Ce jour-là, en effet, le tribunal de commerce de Toulouse a fait connaître son jugement mis en délibéré à l’issue d’une audience qui s’était déroulée au tout début de l’année. Il a prolongé de deux mois et quelques jours la période d’observation pour Montalba développement, la société en charge du golf de Montauban, placée en redressement judiciaire depuis le 14 mai 2013 avec un passif de 2, 5 millions d’€. La nouvelle audience aura lieu le 8 avril, une semaine après le second tour des municipales. Un hasard ? Sans doute pas.

«Dans cette affaire, le patron du golf a trouvé le moyen d’injecter un peu d’argent et de faire fonctionner le golf en hiver. Mais les grandes décisions sont reportées au printemps», indique un avocat du dossier.

D’où vient l’argent ? Et de combien parle-t-on ?

De 57 500 € versés par la Société publique locale d’aménagement du Grand Montauban à Montalba développement. Toute l’opération a été montée et ficelée en fin d’année dernière. Elle était devenue plus qu’urgente pour permettre au patron du golf d’arriver, début janvier, avec des sonnantes et trébuchantes devant le tribunal de commerce et d’éviter la liquidation judiciaire. Une société à responsabilité limitée, baptisée Le Cœur du golf, au capital de 500 000 €, est alors sortie de terre. L’acte a été signé chez le notaire le 13 décembre.

Pour mémoire, la mairie de Montauban avait communiqué le 20 décembre : «La société Le Cœur du golf, composée de plusieurs entreprises montalbanaises, vient d’acquérir l’îlot central au cœur du golf de l’Estang. Cette cession d’un terrain de plus de 5 hectares permettra la construction d’une trentaine d’habitations, pour 6 000 m2 de surface de planchers environ. Montalba développement sera rémunérée en tant qu’apporteur d’affaires sur une base de 5 % du prix de cession.»

Aujourd’hui, on en sait un peu plus sur le prix de cession du fameux îlot Gi3. La Spla du Grand Montauban a vendu ces terrains 1 150 000 € à Cœur du golf. Elle a donc versé la commission de 57 500 € à Jean-Luc Dezellus, le patron du golf devenu pour l’occasion un agent immobilier.

Par ailleurs, nous nous sommes procuré les statuts de la société Le Cœur du golf dont le capital est de 500 000 €. Agissant avec un objet très large de lotisseur, d’aménagement, de commercialisation, de vente de terrains à bâtir, de promotion immobilière et de marchand de biens, elle est composée de six associés : QC Investissements (161 000 €) dont le siège est à Moissac, JPM participation (76 500 €) à Moissac, Air système service (76 500 €) à Montauban, Bernard Belrepayre (73 000 €) à Lafrançaise, Alain Farella (36 500 €) à Montauban et Jean Labedan (76 500 €) à Le Burgaud (Haute-Garonne).

Tout ce montage permettra-t-il maintenant à Jean-Luc Dezellus de sortir du trou ? Rien n’est moins sûr. Rien n’est acquis pour régler le passif de 2, 5 millions d’€, représenté en grande partie par des factures non payées aux entreprises qui ont travaillé à la construction du golf. Pour l’heure, on ne voit que deux grands gagnants : la mairie qui voit le dossier du règlement judiciaire du golf repoussé à l’après-élection et les six associés de Cœur de golf qui ont sans aucun doute réalisé une belle affaire.

La Dépêche.fr - Thierry Dupuy - le 5 fév 2014

La ville a rénové le gros œuvre de la bâtisse du Prat de l'Estang pour 800 000 €. Elle devra en mettre autant pour réaliser les travaux intérieurs du futur club-house.

Golf de Montauban : les dessous d'un nouveau répit

Commenter cet article