Fukushima = 4 catastrophes nucléaires majeures, il est temps de le reconnaître !

Publié le par Le blog de la Gauche Anticapitaliste du Tarn & Garonne

 Fukushima = 4 catastrophes nucléaires majeures, il est temps de le reconnaître !

Depuis le 11 mars 2011, ce n’est pas une seule catastrophe nucléaire majeure qui a lieu à Fukushima mais quatre !

En mars 2011, les cœurs de trois réacteurs sont entrés en fusion et plusieurs explosions ont endommagé les bâtiments réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi.

La quatrième catastrophe vient d’être révélée, après plus de 2 ans de mensonges : en avril 2011, l’eau contaminée du réacteur n°2 s’est répandue dans l’océan causant la plus forte pollution radioactive en mer de l’Histoire. Et depuis... les réacteurs éventrés continuent de déverser d’énormes quantités de radioactivité dans l’environnement et l’océan.

Pourtant, les autorités n’ont décrété qu’une seule catastrophe de niveau 7. Arrêtons le mensonge ! Il est temps que ces 4 catastrophes nucléaires majeures soient admises en tant que telles.

En solidarité avec le peuple japonais et pour que les multiples catastrophes de Fukushima soient enfin reconnues, mettons la pression sur les autorités internationales pour que toute la lumière soit faite sur la réalité à Fukushima.

Réseau Sortir du Nucléaire.

 Fukushima = 4 catastrophes nucléaires majeures, il est temps de le reconnaître !

Situation d'urgence décrétée à Fukushima

Le 7 août 2013, la situation d’urgence a été décrétée à Fukushima due à des fuites radioactives qui contaminent de manière irréversible les nappes phréatiques, l’océan Pacifique ainsi que tout l’environnement autour de la centrale. Tous les jours, ce sont 300 tonnes d’eau contaminée qui se déversent dans le milieu maritime laissant les autorités impuissantes face à l’ampleur de la catastrophe.

Après le mensonge d’État, des révélations au compte-gouttes

En juillet dernier, TEPCO, l’opérateur de la centrale de Fukushima, avait déjà avoué que de l’eau contaminée au strontium, césium et tritium s’écoulait bien dans l’océan Pacifique. Un aveu qui est intervenu au lendemain des élections sénatoriales où le parti de l’actuel premier ministre Shinzo Abe a gagné. Personne n’a cru à un hasard du calendrier, le premier ministre étant un fervent défenseur de l’énergie nucléaire. Si cette information avait été dévoilée avant les élections, la victoire du parti démocrate-libéral aurait sans doute été mise en péril…

TEPCO a été mis en cause dès le début de la catastrophe de Fukushima, notamment sur sa gestion dans les heures qui ont suivi le tsunami et depuis l’opérateur n’a fait que cacher la vérité à la population japonaise, tentant ainsi de masquer l’ampleur du désastre.

Une contamination de l’océan sans précédent

TEPCO a évalué la contamination de l’océan Pacifique entre 20 000 et 40 000 milliards de becquerels depuis mai 2011. Nous sommes donc face à la plus grande contamination en mer de l’Histoire, comme le confirme Jérôme Joly, directeur adjoint de l’IRSN.

Mais la catastrophe de Fukushima est toujours en cours et 300 tonnes d’eau contaminée se déversent chaque jour dans l’océan. Pour tenter de contenir ces fuites, TEPCO a construit une barrière pour empêcher les eaux très radioactives de se répandre dans le Pacifique, mais ces barrières ne sont pas suffisantes et l’eau provenant des nappes phréatiques a commencé à les submerger. De plus, TEPCO a entrepris l’injection de produits chimiques dans le sol, afin de le solidifier pour contenir la radioactivité… En réalité, du simple bricolage, qui ne parvient pas a résoudre la situation, sans compter que ce sont de nouveaux produits très dangereux qu’on libère dans la nature.

Une situation ingérable

Quelles que soient les solutions envisagées par les autorités, la situation est ingérable, car le propre d’une catastrophe nucléaire est de durer dans le temps, il est illusoire de penser que la radioactivité à Fukushima peut être contenue.

Mais le gouvernement japonais refuse toujours une coopération internationale pour gérer cette crise, sans aucun doute de peur que la lumière soit faite sur la situation. Car même si certaines informations sont dévoilées, il est difficile d’établir un réel bilan de l’ampleur des dégâts en terme humain et environnemental.

Réseau Sortir du nucléaire - publié le 07/08/2013

 Fukushima = 4 catastrophes nucléaires majeures, il est temps de le reconnaître !

Publié dans ecologie, nucleaire, Fukushima

Commenter cet article

Droopy 13/08/2013 18:47

Histoire de la Bête nommé du jolie nom « Corium ».

Fabriqué par nos apprentis Sorciers en 1979, nos sorciers n’osent pas l’approché car elle est toujours vivante. Avant de faire des petits, elle avait donné lieu à un film « le syndrome chinois ». Vous savez tous comme les américains sont friands de bête bizarre.
Nos amis Russes toujours en mal de compétition, ont crée la leur en 86, mais une grosse bête qui s’est manifestée par un gros, gros nuage. Alors ils l’ont enfermé par en dessous, par en dessus un sarcophage. Mais en 90 Zeus est venu à son secours et la bête s’est réveillée. Les sorciers ont appelé cela re-criticité. Les sorciers emploi des mots exprès.
Zeus aidé par quelques potes à aidé les Japonais à créer trois bêtes aussi grosses que celles des Russes et là elles envoi leurs déjections dans l’Air, l’Océan, la Terre.

Depuis ils refroidissent les bêtes avec des tonnes d’eau, qui pour la plupart se retrouve dans l’Océan, de l’eau bien contaminée. Amphitrite c’est plein à Poseidon qui nous la renvoie en pluie. Nos sorciers appellent cela les plus jaunes ? les Naïades sont en colère leurs animaux sont malades

Vulcain joue aussi avec le « Corium » les sorciers ne veulent pas en parler ?